La question revient souvent : quelle intérêt y’a-t-il à commencer la traction avec une aile monopeau plutôt qu’une aile à caissons standard ?

Essayons de donner une réponse à cette question.

Ailes à caissons Vs Monopeau

Pour commencer, il convient de rappeler la différence majeure entre les deux. En effet, les ailes à caissons sont des kites composés de caissons qui se remplissent d’air une fois en vol. Le bord d’attaque est ouvert et ces entrée d’air permettent à l’aile de se gonfler et de le rester. Grâce à ce système, l’aile dispose d’un profil, c’est à dire qu’elle à un volume. Le résultat c’est qu’une aile à caissons (ouverts ou fermés) fonctionnent comme une aile d’avion et développe une force de traction par un effet de pression et de dépression. C’est aussi ce principe qui permet à une aile de développer du lift dans le but de sauter.

Les ailes monopeau, elles, fonctionnent très différemment puisqu’elles n’ont pas de caissons. Elles ont une seule peau dans laquelle le vent s’engouffre. Techniquement c’est beaucoup plus simple à comprendre. Lorsque le vent vient taper dans l’intrados, ça génère une force de traction. Ici, pas de principe de profil, de pression ou de dépression. C’est comme tendre un drap entre deux fils, si il prend au vent, ça tire !

Avantages et inconvénients : Solidité

La première différence que l’on peut noter se trouve au niveau de la solidité. En effet, une aile à caissons, même ouverts, est remplie d’air. Ainsi, lorsqu’elle frappe le sol avec force, l’aile se déforme et l’air doit s’échapper quelque part. Une aile bien faite est suffisamment solide pour que l’air s’échappe par les entrées d’air sans que les coutures ne lâchent. Il arrive cependant qu’un gros crash créé tellement de puissance que l’air ne cherche à s’échapper par un point de faiblesse entraînant un déchirement du tissu ou l’explosion d’une couture.

Avec une monopeau, ce problème n’existe pas. L’aile n’à qu’une peau, et lorsque qu’elle touche le sol, elle se replie sur elle même comme si on jetait un t-shirt par terre. Niveau robustesse, avantage donc aux monopeaux même s’il s’avère que les explosions de caissons sont tout de même assez rares si l’aile est utilisée dans les bonnes conditions, la monopeau est virtuellement indéchirable de cette manière.

Information interressante, les monopeaux prennent également moins de place une fois pliées ce qui peut être un argument pour ceux qui se baladent en permanence avec 5 ou 6 tailles dans leur sac.

Avantages et inconvénients : Puissance

Généralement, lorsqu’un adulte débute avec une aile à caissons 4 lignes, il s’oriente vers une taille de 3.0 à 5.0 en fonction du sport pratiqué et du lieu de pratique. Avec une 4.0m² par exemple, un gabarit de 60 à 80 kgs bénéficiera de suffisamment de puissance pour se faire tracter sur un engin à roulettes comme un mountainboard ou un buggy.

Pour bénéficier de la même puissance avec une monopeau, un pilote aura besoin d’une taille de voile plus petite. En effet, à taille équivalente, les modèles monopeaux développent plus de puissance. Ainsi, pour le même pilote, il faudra opter pour une taille de 3.0m² environ.

Sur ce point là, pas d’avantages particuliers puisqu’une aile monopeau sera certes plus puissante mais aussi moins polyvalente. Même si la puissance sera plus grande à taille similaire, l’aile monopeau sera moins capable de s’adapter à des conditions différentes et offrira moins de confort dans un vent rafaleux. Ce qui nous amène à la question de la plage d’utilisation.

Avantages et inconvénients : Plage d’utilisation

La plage d’utilisation correspond aux conditions de vent dans lesquelles sera utilisable une aile. Chaque taille peut être utilisée dans une plage de vent minimum et maximum. Cette plage varie selon le poids du pilote et son expérience du pilotage.

Toutefois, il est clair que les ailes à caissons standards offrent une plage de vent plus importante. En effet, elle couvre une plage légèrement plus important à taille équivalente ce qui permet de s’adapter à différentes conditions avec une seule et unique taille. Mais c’est sur son comportement que va se faire la différence. Une aile à caissons offre en effet plus de polyvalence c’est à dire qu’elle va être capable d’encaisser des rafales sans générer énormément de puissance supplémentaire.

Ce n’est pas le cas des ailes monopeau qui (lorsque le vent s’engouffre à l’intérieur) subissent pleinement les changements de puissance. Une aile monopeau aura donc tendance à être moins douce dans le vent capricieux ce qui rendra l’expérience moins agréable et plus poussive.

S’ajoute à cela la fenêtre d’utilisation. Une fois gonflée, une aile à caissons conserve sa forme tant que la pression de l’air à l’intérieur des caissons est suffisante. La conséquence c’est que l’aile est plus « solide » et moins « molle » et aura donc tendance à mieux rester en forme en bords de fenêtre. C’est l’inverse avec la monopeau qui se repliera sur elle-même beaucoup plus facilement en bord de fenêtre.

Il en résulte une fenêtre du vent élargie pour les ailes caissons qui permettra de faciliter la navigation et particulièrement la remontée au vent. Pratique lorsqu’on commence à rouler sur un mountainboard ou un char à cerf-volant.

Conclusion

Comme souvent, la question n’appelle pas de réponse absolue. Chaque modèle dispose de ses propres avantages et inconvénients. Si les monopeaux sont plus solides et moins encombrantes, elles offrent moins de polyvalence et une expérience de pilotage moins confortable qu’une aile à caissons.

A chacun donc de se faire une idée et de choisir l’aile qui lui convient en gardant à l’esprit un dernier point, les ailes monopeaux sont légèrement moins chères à taille équivalente.

 

En savoir plus sur les différences entre ailes à caissons et les ailes monopeaux

Vous devez être connecté pour déposer une réponse.