En attendant une vidéo beaucoup plus parlante, voici quelques conseils pour mettre un pied dans la traction terrestre en toute sécurité.

Avant de commencer 

Le choix de l’aile est évidemment primordial. Il s’agit d’évaluer précisément la taille qu’il vous faut pour ne pas avoir de surprise lors de vos premières sessions. Généralement, les personnes dont le poids est compris entre 55 et 85 kg optent pour des tailles comme 3, 4 ou 5m². Attention, il existe des modèles performants qui peuvent développer énormément de puissance même avec des tailles de 4.0m². Le mieux pour ne pas faire d’erreurs est encore de demander conseil à un spécialiste ou à un pilote aguerri.

Il peut également être utile de visionner quelques vidéos sur internet pour comprendre les bases du pilotage. Pour en savoir plus sur le fonctionnement d’une aile de traction, je vous recommande aussi cet article.

 

Mise en place

Même si la plupart des ailes pour débutants sont vendues « prêtes-à-voler », il est important de bien comprendre comment est conçue votre aile et quels sont les choses à savoir pour la mettre en place. Pour accrocher les lignes aux poignées et à l’aile, rien de plus simple, il suffit de connaitre un seul type de nœud qui va servir à tout : le nœud tête d’alouette.

Lors du déroulage de vos lignes, gardez en tête qu’un décollage en pleine fenêtre peut s’avérer « sport » selon les conditions de vent. Il est donc recommandé de toujours déplier ses lignes en les décalant de 45° par rapport au vent pour pouvoir décoller en bord de fenêtre.

Prenez toujours le temps qu’il faut pour évaluer les conditions de vent et sortir la taille de voile la plus appropriée. La plupart des accidents surviennent quant un pilote utilise une taille non adaptée aux conditions météos.

 

Pilotage

La première chose à comprendre lorsqu’on utilise une aile de traction c’est où se situe les zones sans dangers. En effet, lorsque l’aile est au zénith ou sur les bords de fenêtre, c’est là qu’elle développe le moins de puissance. Apprendre à placer l’aile dans ces zones aussi souvent que vous le souhaitez, c’est apprendre à s’arrêter en mountainboard ou en buggy. Car ne l’oublions pas, ces engins n’ont pas de freins !

Que votre aile de traction soit équipée d’un système de sécurité ou qu’elle dispose de kitekillers (leashes de poignées), habituez-vous dès le début à larguer. Je pense qu’il est très important de comprendre comment s’active la sécurité qui permet de « tuer » la puissance et d’y être préparé pour n’avoir aucune appréhension en cas de problème réel.

 

Rangement et stockage

N’oubliez pas de prendre grand soin de votre aile de traction, ça vous permettra d’allonger notablement sa durée de vie. Pensez à vider régulièrement le sable ou les brindilles qui pourraient s’être introduits dans les caissons. Vérifiez régulièrement l’état des parois inter-caissons ainsi que des lignes et bridages. N’utilisez surtout pas d’éponges (côté vert) ou de savon pour nettoyer le tissu de l’aile ! Évitez de plier l’aile mouillée et de la laisser humide dans son sac pendant une période prolongée.

 

Plus d’articles pour commencer à piloter une aile de traction :

http://blogcerfvolant.wordpress.com/2014/04/17/selection-dailes-de-traction-pour-debuter/

http://cerfvolant.over-blog.com/

Un commentaire

Vous devez être connecté pour déposer une réponse.